Procès bâillon

Tribune de soutien à Valérie Murat, lanceuse d’alerte sur les pesticides dans les vins de Bordeaux

, par Collectif

Suite à une plainte du conseil interprofessionnel des vins de Bordeaux (CIVB), Valérie Murat a été condamnée pour avoir démontré, preuves de laboratoires à l’appui, que des vins étiquetés « Haute Valeur Environnementale » contenaient des pesticides. Plusieurs personnalités lui apportent ici leur soutien.

Touche pas à ma viticulture ! On savait déjà la Gironde viticole gourmande en pesticides, peu regardante sur les conséquences sanitaires et environnementales de ses pratiques, mais on n’imaginait pas qu’elle était à ce point prête à tout pour faire taire les critiques !

Menace de mort sociale

Sur plainte du Conseil interprofessionnel des vins de Bordeaux (CIVB), qui a la haute main sur la viticulture girondine depuis des décennies, le tribunal judiciaire de Libourne a lourdement condamné le 25 février dernier l’association « Alerte aux toxiques » et sa porte-parole Valérie Murat pour avoir démontré, preuves de laboratoires à l’appui, que des vins étiquetés « Haute valeur environnementale » contenaient des pesticides de synthèse, y compris cancérigènes, mutagènes et reprotoxiques.

Pour avoir rempli sa fonction de lanceuse d’alerte, qu’elle poursuit inlassablement depuis la mort de son père, viticulteur, à la suite d’un cancer lié aux pesticides, Valérie Murat est aujourd’hui menacée de mort sociale par une profession qui tente de faire taire celles et ceux qui l’accusent de déni. Une profession qui semble vivre dans l’illusion que ne pas voir, c’est ne pas savoir, et que ne pas savoir la soulage de ses responsabilités.

Par la violence et la démesure de la peine, 125 000 euros de dommages et intérêts à acquitter avant de pouvoir interjeter appel, le tribunal de Libourne semble hélas avoir épousé la cause du silence. Fallait-il donc à tout prix éviter le débat de fond soulevé par les analyses d’« Alerte aux toxiques », à savoir : le label Haute valeur environnementale, dont la viticulture girondine est le principal utilisateur, répond-il à de vrais critères environnementaux et à des changements de pratiques, ou n’est-il qu’une habile opération de marketing qui ressemble furieusement à du « greenwashing » ?

Une condamnation invraisemblable

La Confédération paysanne, Agir pour l’environnement, le Synabio, la fédération France Nature Environnement (qui a pourtant été l’un des initiateurs de ce label) ont déjà répondu à cette question le 2 décembre dernier en dénonçant « l’illusion de transition agroécologique » que constitue cette certification. « Alerte aux toxiques » n’est donc pas seule dans ce combat et a rempli sa mission d’informer en démontrant toutes les équivoques d’un label qui bénéficie pourtant d’un soutien massif des pouvoirs publics.

Ainsi, alors que le plan « écophyto » du gouvernement prévoit de réduire de moitié l’utilisation des pesticides, ledit label ne fixe aucune obligation de résultat concernant les produits phytosanitaires !

Derrière cette invraisemblable condamnation se cache une autre réalité : alors que les ventes de vins de Bordeaux s’écroulent, le HVE est apparu comme une solution pour sortir de l’image d’addiction aux pesticides qui colle à la filière. Pour mémoire, la vigne consomme 20 % des pesticides utilisés en France pour 3,7 % de la surface cultivée ! Ce label HVE si bienvenu permet aux institutions locales et à l’interprofession viticole de communiquer à bon compte sur la « réorientation » » du vignoble vers des pratiques « vertueuses ». Autrement dit, une façon de développer un discours plus vert, plus écolo... mais sans changer de pratiques ! On frise l’imposture.

76 millions d’euros de soutiens publics

Comme le souligne l’association Agir pour l’environnement : « Le gouvernement crée volontairement une confusion vis-à-vis des consommateurs. Il s’agit de faire de HVE un concurrent du bio et non une transition vers le bio ». La force de frappe institutionnelle en faveur de HVE est massive : elle représente un budget de 76 millions d’euros dans le projet de loi de finances pour 2021... Alors que les aides au maintien de la bio ont été supprimées au début du quinquennat d’Emmanuel Macron !

Aujourd’hui, toute la grande distribution réclame des produits labellisés HVE. C’est en effet un bon moyen pour elle de montrer au consommateur sa préoccupation environnementale... Sachant que son offre en bio n’est pas suffisante ! Toute une filière commerciale s’y retrouve. On est donc fondé à s’interroger sur le sens de HVE qui pourrait bien signifier : Haute Volonté d’Enfumage ? Exactement ce que fut l’invention par la FNSEA du terme « agriculture raisonnée » en son temps.

Le CIVB et ses obligés ne devraient pas trop se réjouir de cette victoire judiciaire car ils ont déjà perdu sur le terrain de l’opinion et des consommateurs. Chaque jour plus grande est l’exigence d’une agriculture respectueuse de l’environnement, des agriculteurs et de la santé de tous. Or, il n’est pas besoin d’habiter près des vignes pour courir des risques sanitaires, comme l’a montré la campagne de mesures des pesticides dans l’air conduite par l’organisme de surveillance « Atmo Nouvelle-Aquitaine », en juillet 2019, « illustrant le transfert aérien des molécules depuis les surfaces agricoles vers les zones urbaines » telle Bordeaux.

L’heure est à la transition pour la santé de tous et toutes

Ce procès et ses suites sont donc notre affaire à tous. Plutôt que d’accuser Alerte aux toxiques d’« escroquerie intellectuelle », de diaboliser Valérie Murat et ceux qui la soutiennent en tentant de la faire taire par des moyens indignes, le CIVB ferait mieux de remettre les pieds sur terre avant qu’il ne soit trop tard. Toute une profession, qu’il défend si mal en campant dans le déni, est en danger.

Face au réchauffement climatique et à la nécessité d’une transition écologique, la viticulture bordelaise devra s’adapter. Le temps du Bordeaux for ever est terminé. L’heure est à la transition. C’est le rôle du CIVB de l’accompagner, comme d’accepter le débat avec ceux qui n’ont pour seul intérêt que la santé des travailleurs viticoles, des riverains des vignobles et de leurs enfants. C’est une question de santé au travail comme de santé publique.

Voilà pourquoi Valérie Murat mérite mieux que cette condamnation aussi aveugle qu’injuste.

Nous la soutenons dans son juste combat !

Premiers signataires :

Noël Mamère – Écologiste
Marie-Lys Bibeyran - Collectif Info Médoc Pesticides
Professeur Rustin – INSERM / pesticides SDHIS
Paule Benit – INSERM / pesticides SDHIS
Dominique Bourg - Professeur honoraire, Université de Lausanne
Laurence Jonard - Pharmacienne et généticienne moléculaire
Pierre-Michel Périnaud, Président de l’Association des Médecins contre les pesticides.
Martin Pigeon - Chercheur et militant à Corporate Europe Observatory (CEO)
Marie Monique Robin - Journaliste, réalisatrice et écrivaine
Fabrice Nicolino - Président du Mouvement des Coquelicots
Franck Dubourdieu, Agronome, Oenologue, Médecin membre de l’Association contre les Pesticides de Synthèse.
Sylvie Dulong - Viticultrice - Présidente déléguée de Bio Nouvelle Aquitaine 
Patrick Lespagnol, Président du Mouvement de l’Agriculture Bio-Dynamique
Jacques Carroget - Président du Syndicat des Vins naturels
Olivier Paul-Morandini, Domaine Fuori Mondo en Toscane et Fondateur de Transparency for Organic Word Association
Nicolas Laarman, délégué général de Pollinis
Benoît Biteau - Agronome, paysan et député écologiste au Parlement européen
Loïc Prud’homme - Député de la Gironde
Pascal Doquet, Président de l’Association des Champagnes Biologiques
Antoine Deltour - Lanceur d’alerte Luxleaks
Philippe Candelon, co-fondateur et président de alerte.me l’association qui aide les lanceurs d’alerte
Rodolphe Urbs - Dessinateur libraire
Adrien Tréchot - BBD éditions / Dans ma bouteille.com
Geoffrey Livolsi - Co-fondateur de Disclose.ngo
Inès Léraud - Journaliste, documentariste et auteure de "Algues vertes, l’histoire interdite"
Marion Laine - Réalisatrice et scénariste
Jérôme Douzelet - Auteur du livre Le goût des pesticides dans le vin
Guillaume Pire - Vigneron Bio Château de Fosse-Sèche
Guillaume Bodin - Vigneron-Cinéaste
Pierre Gilbert, caviste Bordeaux
Annick Le Mentec - Collectif des victimes des pesticides de l’ouest
Georges Arnaudeau, Président et fondateur de l’association allo amiante
François Veillerette, Porte-parole Générations Futures
Serge Lequéau Union syndicale Solidaires de Bretagne
Sylvie Nony, Alerte Pesticides Haute Gironde
Sandrine Malet - Militante antiraciste et citoyenne écologiste
Le Collectif des Faucheurs Volontaires d’OGM
Sandra Regol - Secrétaire nationale adjointe d’EELV
Jean Noël Jouzel - Sociologue
Giovani Prete - Sociologue
Cyril Dion - Écrivain, auteur-réalisateur, poète, activiste

L'actualité

  • Le lanceur d'alerte qui a fait payer 1,25 milliards à McDonald's

    , par Blast

    Jeudi 16 juin, McDonald’s a accepté de payer une amende d’1,25 milliard d'euros en France afin d’éviter des poursuites pour fraude fiscale. Entre 2009 et 2020, on estime que le géant américain du fast-food a transféré plus de 700 millions d’euros vers (...)
  • TF1 accusée d'avoir causé la mort d'un soldat ukrainien

    , par Arrêt sur images

    Deux journalistes polonais affirment que des journalistes de TF1 auraient diffusé sans le savoir, au journal de 20 h, des éléments ayant permis à l'armée russe de frapper des positions ukrainiennes, causant la mort d'un soldat. La chaîne nie fermement toute (...)
  • Le Labor Notes met en lumière le renouveau du syndicalisme américain

    , par Stéphane Ortega (Rapports de Force)

    Plusieurs milliers de travailleuses et travailleurs américains ont participé aux rencontres Labor Notes à Chicago du 17 au 19 juin. Pour en savoir plus sur la réalité du renouveau syndical aux États-Unis, dont la victoire à Amazon est un des […] L’article Le Labor Notes met en lumière le renouveau du (...)
  • Maroc. À Nador, les morts sont africains, l’argent européen

    , par Salaheddine Lemaizi (Orient XXI)

    Le 24 juin 2022, au moins 23 migrants sont morts à la frontière entre le Maroc et l'Espagne, et il y a eu plus d'une centaine de blessés des deux côtés. L'ONU et l'Union africaine exigent une enquête indépendante. La coopération migratoire entre le Maroc et l'Espagne est de nouveau pointée du doigt. (...)
  • Les peines éternelles du 13 Novembre

    , par Les Jours

    Après dix mois d’audience, le verdict : perpétuité incompressible pour Abdeslam et des condamnations plus mesurées pour les autres accusés.
  • Inflation: grèves partout, augmentations nulle part

    , par Khedidja Zerouali (Médiapart)

    Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même: «Tout augmente sauf nos salaires.» Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de  (...)
  • Au Congo-Kinshasa, la jeunesse reprend le combat décolonial

    , par Hakim Maludi (Afrique XXI)

    En l'espace de quelques jours, la Belgique a restitué la dent de Patrice Lumumba à sa famille, et le roi Philippe a exprimé à Kinshasa ses « regrets » pour les « blessures » infligées durant la colonisation. Mais pour les jeunes générations congolaises, il faut aller plus loin : regretter, c'est bien ; (...)
  • L'été sera chaud dans les urgences de Gironde, dont les accès seront limités

    , par Simon Barthélémy (Rue89 Bordeaux)

    L’Agence régionale de santé a présenté ce mardi un « plan de continuité des soins » pour l’été en Gironde, qui s’attend à un afflux de touristes. Les médecins libéraux devront soulager des services hospitaliers déjà sous tension, où la pénurie de personnel sera accentuée par les congés des soignants. Les (...)
  • Grèves autour des salaires : « un niveau de conflictualité jamais atteint »

    , par Maïa Courtois (Rapports de Force)

    Face à l’augmentation des prix de l’énergie, du carburant et de l’alimentaire, les grèves pour des augmentations de salaires se multiplient comme une traînée de poudre dans les entreprises. Depuis la rentrée 2021, ces conflits sociaux vont en s’intensifiant, allant […] L’article Grèves autour des  (...)
  • Dorlotée sous Blanquer, l’école privée prospère

    , par Mathilde Goanec (Médiapart)

    L’enseignement privé n’a guère eu à souffrir du quinquennat écoulé, protégé par la figure tutélaire d’un enfant du système, le ministre Jean-Michel Blanquer lui-même. La gauche, tout à la défense d’un service public malmené, tâtonne sur sa remise en  (...)
  • Usine squattée à Montreuil : des pêches et du benzène

    , par CQFD, mensuel de critique et d’expérimentation sociales

    Depuis septembre 2020, des habitant·es de Montreuil ont investi une ancienne usine vouée à la démolition. L’enjeu est double : tenir les promoteurs (...)
  • Moi, journaliste fantôme au service des lobbies…

    , par Journal Fakir - Journal fâché avec tout le monde. Ou presque.

    « On m'a commandé un article pour dézinguer Ruffin. Je l'aime bien, moi, Ruffin… Je réponds quoi ? » Il y a quelques mois, on recevait un coup de fil de (...)
  • Chroniques d'Ukraine #5

    , par lundimatin | #51

    Habitué des zones de conflit, le chercheur français Romain Huët s’est rendu pendant un mois en Ukraine afin de documenter le vécu quotidien de la guerre, cette « expérience de l’écroulement du monde ». Nous publions cette semaine ses 4e et 5e Chroniques d’Ukraine et nous le retrouverons ce lundisoir pour (...)
  • Quatre morts en trois mois : toute-puissance des versions policières

    , par Arrêt sur images

    Le 26 mars à Aulnay sous Bois, en Seine-Saint-Denis, le 24 avril sur le Pont-Neuf à Paris et le 4 juin dans le 18e arrondissement de la capitale : en trois mois, quatre personnes sont mortes lors d’opérations policières en région parisienne, à chaque fois alors qu’elles étaient à bord d’un véhicule (...)
  • RéSISoL : pour une lutte syndicale internationale offensive

    , par Ballast

    Depuis 2006, la Confédération syndicale internationale est la plus grosse structure transnationale à rassembler des syndicats du monde entier. Mais, face à ses pratiques jugées trop « réformistes », le Réseau international de solidarité et de luttes — RéSISol —, fondé en 2013, entend quant à lui porter (...)
  • En Ukraine, des anarchistes montent au front pour combattre l’invasion russe

    , par Laurent Geslin (Médiapart)

    Depuis le début de l’invasion du pays par la Russie, 100 à 150 militants anarchistes et antifascistes ont rejoint les rangs des forces ukrainiennes. Certains ont même constitué un bataillon «anti-autoritaire» au sein de la défense territoriale, «pour protéger les populations et combattre l’impérialisme (...)
+++