Un média de transformation

, par Rédaction

Basta! est un média indépendant en ligne, qui publie chaque semaine des enquêtes, reportages, entretiens, sur les questions sociales, environnementales, économiques et démocratiques. Il est animé par une équipe de neuf salariés.

Produire une information d’intérêt général

Nous souhaitons produire et diffuser une information d’intérêt général, accessible à tous, qui revient à ses fondamentaux : enquêter, décrypter, raconter et expliquer. Nous pratiquons et défendons :

 Un journalisme d’enquête, producteur d’une information rigoureuse, originale, sourcée, vérifiée.

 Un journalisme d’éducation populaire qui vise à offrir à chacun des outils pour sa propre émancipation intellectuelle.

 Un journalisme d’impact qui contribue à redonner un pouvoir d’agir aux citoyens, en mettant les événements en perspective et en offrant aux lecteurs des propositions et des alternatives, pour ne pas tomber dans l’analyse catastrophiste ou l’indignation stérile.

 Un journalisme qui ouvre des possibles, rend accessibles des analyses différentes sur l’actualité sociale et écologique, donne de la visibilité aux alternatives, aux mouvements de résistance, aux populations ignorées et à d’autres manières de voir le monde. Le site s’intéresse aux lames de fond et aux grands courants, plus qu’à l’écume d’une actualité mouvante et artificielle, pour publier des articles qui donnent du sens et de la perspective, selon le triptyque Décrypter – Résister – Inventer.

« Média de transformation », nous voulons apporter notre contribution à la nécessaire transformation sociale, écologique et économique de notre société. Nous souhaitons promouvoir le débat entre citoyens, experts et élus sur les enjeux sociaux, environnementaux, économiques. Basta! veut être un carrefour, un espace au sein duquel des responsables associatifs, syndicaux, politiques, des chercheurs se rencontrent et se confrontent autour des problématiques traitées.

Nous sommes convaincus qu’un nouveau souffle politique est nécessaire dans un monde confronté à des risques immenses. Nous voulons donner une visibilité aux enjeux écologiques, aux revendications sociales, aux actions citoyennes, aux mouvements de solidarité et aux alternatives mises en œuvre. Mais nous entendons toujours préserver notre rôle critique par rapport aux alternatives proposées, aux expérimentations à l’œuvre, aux nouvelles analyses qui émergent. Basta! n’est pas un organe de presse sûr de sa vérité, proposant une grille de lecture unique et figée, mais un média dont le rôle est d’informer, expliquer, interroger.

Faire vivre une presse indépendante

Notre modèle économique, sans publicité et sans abonnement, est basé sur l’incitation de nos lecteurs à contribuer financièrement, sur le mode « je lis, j’aime, je soutiens ». Nous proposons ainsi « une information à prix libre », en faisant le pari de devenir un média « au financement 100% participatif ». Grâce à cela, nous pouvons garantir l’accès libre à tous nos articles, pour qu’ils puissent être lus et partagés par le plus grand nombre.

L’indépendance économique est la seule garantie d’une totale indépendance éditoriale. Assurer l’indépendance de la presse, c’est donc développer des médias qui ne dépendent pas financièrement d’intérêts extérieurs au champ médiatique. Ce qui signifie pour les entreprises de presse que la majorité du capital appartient à des individus ou des entreprises tirant l’essentiel de leurs revenus du secteur des médias. Et pour les associations, que les revenus sont diversifiés et indépendants de toute influence de la part de financeurs, publics ou privés.

Nos comptes sont publiés chaque année, pour garantir toute transparence sur notre modèle économique, nos financeurs publics et privés, ainsi que la participation de nos lecteurs à ce fonctionnement (voir l’économie du projet et notre charte de déontologie ci-dessous).

Pour nous, la gestion collective et démocratique de notre média est aussi une garantie pour assurer l’indépendance éditoriale. Basta! est édité par l’association Alter-médias, qui regroupe des journalistes, ainsi que des acteurs du monde associatif et des mouvements sociaux. L’objet de l’association est de faire vivre une presse indépendante et de produire une information d’intérêt général, ce dont est garant notre conseil d’administration.

<donbasta|>

Des projets au service de l’information pour tous

A côté de Basta!, Alter-médias pilote plusieurs projets :

 L’Observatoire des multinationales, média indépendant centré sur les pratiques et politiques sociales, environnementales et fiscales des multinationales françaises. En plus des enquêtes publiées sur le site, l’Observatoire propose une veille sur les activités des grandes entreprises et leurs impacts, et édite régulièrement des publications et expertises, notamment un contre-rapport annuel sur les grandes entreprises françaises. Il assure également la coordination d’un réseau européen d’observatoires des multinationales.

 Le portail des médias libres, revue de presse quotidienne de plus de 70 médias indépendants, francophones et anglophones. Vous pouvez chaque semaine recevoir par newsletter cette revue de presse.

 Un « bureau d’investigation » au service des mouvements sociaux. Alter-médias réalise des enquêtes et des missions d’investigation, pour ou en partenariat avec des ONG ou des organisations syndicales – rapports d’expertise, contre-rapports d’activités, enquêtes de terrain,…

 Des formations à l’analyse des médias. Nous intervenons dans des établissements scolaires pour former les élèves à l’analyse du discours médiatique et à la production de contenus.

 Des projets collectifs pour développer les médias indépendants. L’existence et le développement de médias indépendants sont essentiels pour garantir le pluralisme de la presse en France et la vitalité du débat démocratique. Nous faisons partie de la famille des médias du Tiers secteur, entre médias privés et médias publics. Nous voulons contribuer à défendre ce secteur de la presse, en tissant des liens privilégiés avec d’autres médias, en mutualisant nos moyens, en portant des projets qui visent à promouvoir l’indépendance de la presse :

  • Des échanges de contenus sont régulièrement pratiqués avec plus de 25 médias partenaires.
  • Nous animons une carte des alternatives qui recense plusieurs centaines de projets, mis en lumière par la presse indépendante.
  • Nous sommes à l’initiative d’un projet de Maison des médias libres, qui vise à réunir à Paris dans un même lieu plusieurs dizaines de médias indépendants, pour renforcer les coopérations et projets collectifs.
  • Nous avons créé en 2016 avec le mensuel Alternatives économiques un bureau d’enquêtes sociales et économiques, qui permet la production d’enquêtes au long cours et d’investigations inédites.
  • Nous participons activement aux coordinations de la presse indépendante : le Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne (SPIIL) et la Coordination permanente des médias libres (CPML). Nous avons également initié la création d’un réseau européen des Fearless medias.

Notre charte de déontologie

Pour assurer une transparence sur nos pratiques, voici les engagements, devoirs et principes qui régissent le fonctionnement de Basta! et d’Alter-médias. Cette charte s’applique à toute personne engagée dans les projets d’Alter-médias, que ce soit à titre professionnel ou bénévole.

Alter-médias est un éditeur de presse indépendant. Basta! et l’Observatoire des multinationales sont reconnus comme « services de presse en ligne, d’information politique et générale » (n° de CPPAP 0518Y90871 et 0322Y92638). En tant que membre du Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne (Spiil), nous nous conformons aux règles de bonnes pratiques définies par ce syndicat, qui viennent compléter la Charte de Munich sur les droits et devoirs des journalistes (voir ci-dessous).

Indépendance éditoriale

Notre activité n’est en aucun cas au service d’intérêts économiques, commerciaux ou d’influence tiers. Le choix des articles ou tribunes publiés, des angles, des lieux de reportages, des personnes interviewées est décidé en toute indépendance par l’équipe des journalistes permanents de Basta!, assistés par le conseil d’administration d’Alter-médias. Aucun journaliste n’accepte d’instruction d’une personne extérieure à la rédaction.

Notre indépendance éditoriale est également garantie par notre indépendance économique – celle-ci étant elle même garantie par la pluralité et la diversité de nos sources de revenus –, ainsi que par la gestion collégiale, démocratique et non-lucrative d’Alter-médias.

Sauf circonstances particulières et exceptionnelles (mentionnées dans l’article concerné), Alter-médias prend en charge l’ensemble des frais liés à l’activité professionnelle des journalistes qu’il emploie : déplacements, hébergement, restauration, etc. Il s’assure que ces derniers n’acceptent pas de cadeaux ou d’avantages divers, directement ou indirectement, dans le cadre de leur activité ou, plus généralement, dans des circonstances susceptibles d’avoir une incidence sur leur travail. Nous refusons par principe la participation à tout voyage de presse, sauf s’ils sont organisés par des organismes à but non lucratif (ONG, associations,…). Dans ce cas, nous gardons en toute occasion le droit de ne pas publier d’article, et la liberté de publier un article critique.
Les journalistes de la rédaction ne participent pas à des activités rémunérées pour des marques ou des entreprises (« ménages »).

Responsabilité sociale

Basta! emploie de manière permanente des journalistes professionnels, salariés d’Alter-médias. La convention collective du journalisme s’applique à tous ses journalistes permanents, ainsi qu’aux journalistes pigistes et collaborateurs occasionnels, qu’ils soient titulaires ou non de la carte de presse.

Transparence économique

Alter-médias publie chaque année ses comptes simplifiés, et porte à la connaissance de ses lecteurs les grandes lignes de son modèle économique. Structure associative et non-lucrative, Alter-médias n’a pas d’actionnaires, mais peut percevoir des aides publiques et des dons. Nous informons chaque année nos lecteurs du montant des subventions publiques reçues et nous publions la liste des fondations privées qui nous ont soutenus.

Nous ne publions pas d’articles financés par des entreprises ou des marques, ni de publi-reportages. Lorsqu’un article publié a été réalisé grâce au soutien direct d’un fonds public (subvention publique) ou fonds privés (fondation), il est clairement indiqué à la fin de l’article dans le cadre de quel programme et avec quel soutien cet article a été produit.

De même, lorsqu’un contenu est produit en collaboration avec un autre média, avec une ONG ou tout autre organisme à but non-lucratif, cette information est précisée à la fin de l’article. Ces partenariats n’ont pas d’influence sur la ligne éditoriale, ils sont en général une mutualisation de moyens d’investigation.

Données personnelles

Nous accordons une grande importance au fait que nos lecteurs ne soient pas exposés à des scripts malveillants ou à une multitude de traceurs portant atteinte à leur vie privée. Nous partageons cette responsabilité avec l’ensemble de nos prestataires et ne travaillons qu’avec ceux dont les pratiques ne vont pas à l’encontre de ces engagements ou de l’intérêt de nos lecteurs.

Basta! propose à ses visiteurs un accès sécurisé à son site (https).

Les lecteurs peuvent gérer leur inscription à l’ensemble des lettres d’information envoyées par Basta! depuis une page unique. Il est possible via cet espace de se désabonner à tout moment et de manière autonome des newsletters, ainsi que de la souscription aux dons récurrents en ligne.

Déclaration des devoirs et des droits des journalistes (Munich, 1971)

Le droit à l’information, à la libre expression et à la critique est une des libertés fondamentales de tout être humain. Ce droit du public de connaître les faits et les opinions procède l’ensemble des devoirs et des droits des journalistes.

Les dix devoirs d’un journaliste selon la charte de Munich :

1. Respecter la vérité, quelles qu’en puissent être les conséquences pour lui-même, et ce, en raison du droit que le public a de connaître la vérité.
2. Défendre la liberté de l’information, du commentaire et de la critique.
3. Publier seulement les informations dont l’origine est connue ou les accompagner, si c’est nécessaire, des réserves qui s’imposent ; ne pas supprimer les informations essentielles et ne pas altérer les textes et les documents.
4. Ne pas user de méthodes déloyales pour obtenir des informations, des photographies et des documents.
5. S’obliger à respecter la vie privée des personnes.
6. Rectifier toute information publiée qui se révèle inexacte.
7. Garder le secret professionnel et ne pas divulguer la source des informations obtenues confidentiellement.
8. S’interdire le plagiat, la calomnie, la diffamation, les accusations sans fondement ainsi que de recevoir un quelconque avantage en raison de la publication ou de la suppression d’une information.
9. Ne jamais confondre le métier de journaliste avec celui du publicitaire ou du propagandiste ; n’accepter aucune consigne, directe ou indirecte, des annonceurs.
10. Refuser toute pression et n’accepter de directives rédactionnelles que des responsables de la rédaction.

Les cinq droits d’un journaliste selon la charte de Munich

1. Les journalistes revendiquent le libre accès à toutes les sources d’information et le droit d’enquêter librement sur tous les faits qui conditionnent la vie publique. Le secret des affaires publiques ou privées ne peut en ce cas être opposé au journaliste que par exception en vertu de motifs clairement exprimés.
2. Le journaliste a le droit de refuser toute subordination qui serait contraire à la ligne générale de son entreprise, telle qu’elle est déterminée par écrit dans son contrat d’engagement, de même que toute subordination qui ne serait pas clairement impliquée par cette ligne générale.
3. Le journaliste ne peut être contraint à accomplir un acte professionnel ou à exprimer une opinion qui serait contraire à sa conviction ou sa conscience.
4. L’équipe rédactionnelle doit être obligatoirement informée de toute décision importante de nature à affecter la vie de l’entreprise. Elle doit être au moins consultée, avant décision définitive, sur toute mesure intéressant la composition de la rédaction : embauche, licenciement, mutation et promotion de journaliste.
5. En considération de sa fonction et de ses responsabilités, le journaliste a droit non seulement au bénéfice des conventions collectives, mais aussi à un contrat personnel assurant sa sécurité matérielle et morale ainsi qu’une rémunération correspondant au rôle social qui est le sien et suffisante pour garantir son indépendance économique.

L'actualité

  • Syrie. « Aux jeunes oubliés dans les plis des jours sombres »

    , par Ali Safar (Orient XXI)

    Onze ans après le déclenchement de la révolte syrienne, alors que le régime de Bachar Al-Assad semble retrouver la voie de la normalisation avec les autres pays arabes malgré un territoire plus que jamais éclaté, qui se souvient encore des militants pacifiques syriens ? Présents au premier rang des (...)
  • Le 5 juillet depuis Choisy-le-Roi, dans les yeux d’Antar et Rachida

    , par Samira Goual (Le Bondy Blog)

    Rencontre avec Antar Ghiri, 80 ans et Rachida Benghanem, 83 ans. Des cousins originaires de Sétif arrivés en France à la fin des années 1950. Le 5 juillet 1962, ils ont vécu la proclamation de l’indépendance de l’Algérie dans le Val de Marne, après des années de lutte et de résistance du peuple algérien. (...)
  • Face à Israël l'opiniâtre résistance des Bédouins de Masafer Yatta

    , par Pierre Barbancey (L’Humanité)

    Palestine Près de 1 200 Bédouins de Masafer Yatta vivent dans la hantise de leur expulsion. Harcelés quotidiennement par les soldats et les colons israéliens, ils disent leur volonté de résister et de rester sur ces terres où ils sont (...)
  • Sur les bancs de la justice du quotidien

    , par Les Jours

    Nouvelle série. « Les Jours » sillonnent les tribunaux pour raconter la comparution immédiate, procédure parfois sévère, souvent expéditive.
  • « La SNCF créé des travailleurs pauvres » : nouvelle grève des cheminots

    , par Maïa Courtois (Rapports de Force)

    Les cheminots seront en grève sur tout le territoire ce mercredi 6 juillet. Les travailleurs de la SNCF font monter la pression sur leur direction face au décrochage entre leurs salaires et l’inflation. Au-delà de la conjoncture actuelle, les organisations […] L’article « La SNCF créé des  (...)
  • Armes non létales : un projet de société mutilante

    , par Rapports de Force

    Le temps d’un colloque, la campagne Stop Armes mutilantes, lancée fin 2019, a réuni à Montpellier samedi 2 juillet de nombreux collectifs, associations et ONG qui luttent contre les violences policières et soutiennent celles et ceux qui les subissent. […] L’article Armes non létales : un projet de  (...)
  • La désertion, germe d'une contre-société

    , par Gaspard d'Allens (Reporterre)

    Loin d'être un inoffensif abandon, la désertion émerge comme une nouvelle stratégie de lutte face aux désastres de l'époque. Pour ses acteurs, il s'agit de « la première brique d'une émancipation collective ». Vous lisez le second volet de notre enquête « La grande démission ». Le premier volet se  (...)
  • Ce que l'Algérie doit à la lutte d'indépendance de l'Irlande

    , par Slimane Hargas (Orient XXI)

    La guerre livrée par le FLN contre la France coloniale a souvent été tenue pour une révolution à nulle autre pareille. Toutefois, des militants indépendantistes se sont inspirés de bien d'autres histoires, dont celle du conflit anglo-irlandais, qui a été pour eux un instrument de légitimation (...)
  • Législatives : comment la presse locale a vu monter le RN

    , par Arrêt sur images

    Au lendemain du second tour des législatives, la presse nationale a été unanime : le score du Rassemblement national, avec ses 89 députés, constituait une surprise de taille. Pourtant, quand on interroge des journalistes de la presse locale, pas de stupéfaction. Récits et analyse, de la Gironde à la (...)
  • Le lanceur d'alerte qui a fait payer 1,25 milliards à McDonald's

    , par Blast

    Jeudi 16 juin, McDonald’s a accepté de payer une amende d’1,25 milliard d'euros en France afin d’éviter des poursuites pour fraude fiscale. Entre 2009 et 2020, on estime que le géant américain du fast-food a transféré plus de 700 millions d’euros vers (...)
  • TF1 accusée d'avoir causé la mort d'un soldat ukrainien

    , par Arrêt sur images

    Deux journalistes polonais affirment que des journalistes de TF1 auraient diffusé sans le savoir, au journal de 20 h, des éléments ayant permis à l'armée russe de frapper des positions ukrainiennes, causant la mort d'un soldat. La chaîne nie fermement toute (...)
  • Le Labor Notes met en lumière le renouveau du syndicalisme américain

    , par Stéphane Ortega (Rapports de Force)

    Plusieurs milliers de travailleuses et travailleurs américains ont participé aux rencontres Labor Notes à Chicago du 17 au 19 juin. Pour en savoir plus sur la réalité du renouveau syndical aux États-Unis, dont la victoire à Amazon est un des […] L’article Le Labor Notes met en lumière le renouveau du (...)
  • Maroc. À Nador, les morts sont africains, l’argent européen

    , par Salaheddine Lemaizi (Orient XXI)

    Le 24 juin 2022, au moins 23 migrants sont morts à la frontière entre le Maroc et l'Espagne, et il y a eu plus d'une centaine de blessés des deux côtés. L'ONU et l'Union africaine exigent une enquête indépendante. La coopération migratoire entre le Maroc et l'Espagne est de nouveau pointée du doigt. (...)
+++