Artisanat

« Un métier n’est pas là pour vous emprisonner mais pour vous rendre libre »

, par SideWays

Daniel Testard est un boulanger atypique. Il ne travaille que deux jours par semaine pour pouvoir s’occuper de son jardin, pratiquer le chant et la musique, écrire et s’exercer à la méditation. Il ne vend pas lui-même son pain : il fait confiance à ses clients qui paient directement leurs achats, dans une corbeille. Il récupère l’eau de pluie, qu’il filtre et incorpore aux farines de blé anciens, biologiques, qu’il se procure illégalement. « J’ai toujours résisté à l’idée que soit on augmente son chiffre d’affaires, soit on disparaît. » Une pratique construite depuis 30 ans, à Quily, dans le Morbihan, qui vise à bâtir une vie harmonieuse où le travail n’aliène pas mais rend libre.

Un petit livret à la couverture orange, une impression ancienne, un objet que l’on a envie de garder précieusement. Il l’a écrit il y a quelques années, après avoir réinventé son métier. Parce que la formule vaut le coup d’être dupliquée, il voulait la partager... Avec son idée, il est possible de retrouver des commerces dans les villages, de la vie dans les campagnes. Des artisans qui sont heureux et qui ne manquent de rien.

À la base, il y a beaucoup d’envies : être proche de sa famille, produire sa nourriture, avoir du temps pour soi, écrire, avoir deux mois de congé l’été pour partir. La solution, il l’a inventée à partir de ces idées-là. Et au final, cela correspondait bien à son métier passion, à son métier d’origine, la boulange. Deux jours de pain dans la semaine, parce qu’il aime faire naître la vie dans la pâte, il aime son monastère panaire, ermite dans la nuit à converser avec les étoiles. Il participe ainsi à la vie du pays dans lequel il vit, 700 pains pour nourrir 150 familles, peut-être 300 à 500 consommateurs.

Et comme il ne pouvait pas vendre son pain en même temps qu’il le faisait, Daniel a choisi de ne pas le vendre lui-même. Il a ouvert son fournil à ses clients, qui viennent chercher leur pain quand ils le souhaitent et qui payent directement dans la caisse. « L’avantage du système, c’est que personne n’est prisonnier de l’autre. Les gens peuvent venir quand ils veulent, même la nuit, même le lendemain, et moi, je peux être là ou pas là. » Comme il faut autant de temps pour vendre son pain qu’il n’en faut pour le fabriquer, il gagne ainsi deux jours par semaine de liberté.

Et cela dure depuis 30 ans...

Pour voir la suite du reportage (photos, sons, vidéos).


Reportage réalisé par le site SideWays, web-série documentaire présentant des initiatives solidaires, positives et originales, qui sont « des idées pionnières ou bien des remèdes au système actuel, dans lequel de moins en moins de personnes se retrouvent », expliquent les initiateurs du projet, Hélène Legay et Benoit Cassegrain de l’association Contre-courant. Chaque épisode se décline sous un même format : une vidéo de 5 min, un article multimédia et un espace de discussion avec les protagonistes et les auteurs.

Pour en savoir plus : le site de SideWays.

L'actualité

  • Les ONG font le trottoir

    , par Philippe Sadzot, Julie Luong (Médor)

    Les "street fundraisers" aussi appelés "recruteurs de donateurs" ou "ambassadeurs" sont apparus dans nos rues il y a une quinzaine d'années. Leur objectif : renouveler et rajeunir la base de donateurs des ONG. L'immense majorité de ces jeunes gens ne sont ni des bénévoles ni des salariés (...)
  • Voyage au Chili : La constitution d'un espoir

    , par Thomas Hiahiani (Radioparleur)

    Fin 2019, les manifestations de « l’Estallido Social » secouaient le Chili. 3 ans plus tard, la colère a abouti sur un mouvement politique inédit avec l’élection de Gabriel Boric et la création d’une assemblée constituante qui doit remplacer le texte actuel rédigé sous la dictature. Le nouveau (...)
  • Laboratoires expérimentaux : mettre l'écologie sur pellicule

    , par Socialter

    Méconnus du grand public, les laboratoires expérimentaux sont des lieux de création uniques au sein desquels se développe une approche originale et écologique du cinéma. Entre leurs murs, les artistes réinventent outils et modalités de relation avec le  (...)
  • Femmes afghanes: Amnesty documente un an de «répression suffocante» des talibans

    , par Sarah Benichou (Médiapart)

    Interdiction d’aller à l’école ou de travailler, mariages forcés, répression des manifestantes... À partir de témoignages collectés depuis la prise de pouvoir par les talibans en août dernier, Amnesty International publie, ce mercredi, un rapport qui documente les mécanismes d’oppression spécifique à  (...)
  • Figurantes de clips : Les précaires du rap français ?

    , par Anissa Rami (Le Bondy Blog)

    Elles ont tourné avec des stars comme Booba, Niska, Guy2Bezbar, Gims ou encore Gazo. Mais pour Ruby, Shayna, Gabie, Olivia ou Lihliaa, modèles vues des millions de fois dans des vidéos où la démonstration de richesse fait partie des codes, l’argent est très loin de couler à flots. The post Figurantes  (...)
  • Avisa partners, dans les coulisses d'une bombe médiatique

    , par Arrêt sur images

    Le témoignage d'un "rédacteur fantôme au service des lobbies" publié par "Fakir" a précipité les journalistes de quelques médias français sur les traces d'Avisa partners. Ils ont décortiqué les méthodes de cette société spécialisée dans les opérations d'influence menées pour le compte de grandes sociétés ou (...)
  • À Landunvez, la porcherie géante s'approche d'une régularisation douteuse

    , par La Rédaction (Splann !)

    Un dossier aussi sensible que symbolique revient sur le bureau du préfet du Finistère. Philippe Mahé demandera prochainement l'avis du conseil départemental de l'environnement (Coderst) sur le dossier de la SARL Avel vor, à Landunvez. L'une des plus grandes porcheries de France, détenue par le (...)
+++